Lorsqu’il est question d’amour, que nous nous orientions grâce à la technologie ou aux étoiles, nous sommes une génération perdue en pleine mer. Heureusement, de nos jours, les poissons, bateaux et radeaux ne sont pas rares.

La vie moderne comme au buffet chinois

Avec l’amour au bout d’un profil, nos horizons s’élargissent de beaucoup, beaucoup, et ce, tout d’un coup. Un catalogue de prospects amoureux dont Jane Austen ou Charles Baudelaire n’aurait jamais pu rêver à leur époque! À la nôtre, pourtant, rien n’est plus naturel. Des douzaines de marques de pâtes différentes à l’épicerie aux centaines de milliers de produits disponibles sur Internet, chercher parmi les masses est devenu une seconde nature.

Ce buffet à volonté de possibilités ne se limite pas qu’à nos habitudes de consommation. Par exemple, la nouvelle génération, quand elle ne se déclare pas athée ou agnostique, emprunte des croyances ici et là, parlant de karma, de purgatoire comme de réincarnation, s’agençant un pot-pourri spirituel à leur image. Fini les dogmes! Aujourd’hui, on prend et on laisse comme il nous convient.

 

Quel rapport avec l’amour?

Simplement ceci : en ayant un océan de choix, nous devenons plus exigeants et cherchons à trouver un produit, une croyance ou un(e) partenaire qui s’adapte parfaitement à notre vision, voire à nos caprices… alors qu’avant, nous étions victimes (ou heureux bénéficiaires) d’un destin plus ambivalent et imprévu. Le changement de paradigme est génial pour quiconque a dû vivre une relation où trop de compromis tuait l’attirance.

Ainsi, nous « magasinons » autant notre spiritualité que notre vie amoureuse. En comparant les offres, en analysant les caractéristiques et les valeurs de nos candidats préférés. Efficace, raisonnable : pour ceux qui invoquent un manque de romantisme, il y en aura autant, sinon plus, qui soupirent de soulagement à avoir des codes plus explicites; à pouvoir rencontrer des inconnu(e)s sans avoir à fréquenter des bars. À contrôler leur destin.

Mais, si cette approche plus « cérébrale » au dating a de nombreux avantages, notre façon de trier peut nous éloigner du bonheur!

 

Rester fidèle à ses attentes, mais ouverts d’esprit

Et ne pas chercher sans cesse à les dépasser juste parce qu’il pourrait y avoir un meilleur choix quelque part! Selon nombre d’études, les consommateurs qui passent leur temps à comparer les produits à l’affût d’excellence risquent le plus de regretter leur achat, surtout s’ils finissent par savoir qu’ils ont manqué une meilleure offre. Si votre pull en cachemire ne vous reproche pas votre déception lorsque vous trouvez « mieux », ce genre de regret blessera à coup sûr un éventuel partenaire.

Meilleure méthode : connaître les valeurs qui vous sont essentielles (sens de l’humour? franchise? intelligence?), ne pas en déroger, et donner une chance aux candidat(e)s qui les possèdent, en leur donnant votre pleine attention sans tenter de trouver « mieux », « plus parfait ». Cette approche flexible libérera votre esprit de la pression d’un perfectionnisme artificiel. Personne n’est parfait, après tout!

Notre cerveau a d’autres failles pour nous éconduire. Saviez-vous, par exemple, que nous avons tendance à attribuer des qualités positives lorsqu’une personne est belle, tandis que nous imaginons en contrepartie les gens « laids » comme étant plus mauvais qu’ils ne le sont? Même lorsque nous croyons ne pas juger sur les apparences, nous le faisons, inconsciemment! Pour ne pas se leurrer, mieux vaut rester vigilant devant une photo fantastique et séduisante – et de garder un esprit un peu ouvert lorsque ce n’est pas le cas.

 

Bref, en cherchant une douce moitié sur Internet, il est important non pas de se méfier des inconnu(e)s potentiellement dangereux, mais aussi de se méfier de nous-mêmes et de nos mécanismes de sélection biaisés!